Après la présentation du projet et la partie théorique et technique, nous entrons dans le vif du sujet. Les élèves vont bientôt commencer à adapter leur texte. Auparavant, afin de les confronter à la réalité et aux difficultés de ce qui les attend concrêtement, il reste l'étape du projet « 0 » : l'adaptation par le groupe classe d'un extrait de lettre de Jacques Pineau.

 

Pas-de-Calais, 23 novembre 1915,                       41ème lettre

Mes chers parents,

Je vous avais promis qu'aussitôt au repos, je vous parlerai longuement de mes impressions de tranchées. Avec plaisir aujourd'hui, je remplis mes promesses. (…) à 7h le régiment se mit en marche silencieusement. Un moment après, par un étroit boyau nous débouchâmes dans la tranchée. Je ne vous dissimule pas cela me fit quelque impression lorsque dans un endroit de la tranchée où nous fîmes un arrêt pour tendre l'oreille aux aguets, je vis de la terre fraîchement remuée, je sentis l'odeur des cadavres en décomposition... Ce fut un vrai soulagement lorsqu'on nous donna l'ordre d'avancer plus loin. (…) 2h après je n'y pensais plus et les balles qui sifflaient à nos oreilles occupèrent toute mon attention. (…) Le froid est déjà très vif dans le Pas-de-Calais. Il y a 25 cm de neige sur la terre. Malgré le soleil qui paraît à longue journée pas un grain de neige ne fond. Quand nous sommes arrivés, la tranchée présentait l'aspect d'un long boyau uni sans excavation. Vous parlez s'il y faisait froid sur la terre avec une simple couverture. Aussi la première nuit très peu purent dormir. (…)

 

Aujourd'hui, il s'agissait de découvrir le court texte choisi, d'en faire une adaptation sous la forme d'une séquence de cinq plans au maximum. Il fallut passer de groupe en groupe pour aider à faire le premier pas : faut-il que la séquence montre tout ce qui est décrit par le texte ? Peut-on recomposer ? Extraire des éléments ? En ajouter ? En réalité, ce fut trouver quoi raconter qui posa le plus de difficultés ; une fois cette étape franchie, l'aspect technique allait plus vite.

Pour la partie plus technique, ce tableau les aidait à mettre au clair leurs idées.

 

S07-1
S07-2

 

La dernière demi-heure fut consacrée à la présentation et la discussion sur chaque projet.

Le premier groupe a présenté un projet dans lequel le lien avec la lettre n'était pas visible. Le second a mis vraiment Jacques Pineau en avant, partant d'un plan sur lui en train d'écrire la lettre pour aboutir à des plans montrant les différentes situations décrites. L'originalité du troisième groupe vient de la répétition d'une même scène mais dans un contexte différent. Le quatrième groupe a aussi eu l'idée de partir de la lettre mais avec une originalité dans la transition entre le premier plan et les suivants. Projet identique pour le groupe 5, mais avec une transition différente encore. Pour le groupe 6, le traitement proposé est beaucoup classique

 

On le voit, trois groupes ont eu la même idée de départ, mais d'autres idées ont été mises en avant, ce qui montre que chacun a sa propre adaptation d'un même texte.

Nous avons été très contents de constater que tous ont pris en compte l'importance du bruitage pour mettre en évidence certains aspects difficiles à rendre avec nos maigres moyens. Ce fut particulièrement le cas du premier groupe qui voulait montrer un régiment en marche. Avec un seul personnage, c'est tout simplement impossible.

Pour la neige, un consensus s'est dégagé pour essayer de la représenter en utilisant de la farine, sans tenir compte de l'indication de 25 cm de hauteur (ce qui représente près de 4 cm à notre échelle).

 

La semaine prochaine, direction le plateau pour la mise en place du décor et le tournage des premiers plans. Les difficultés ne manqueront pas : certains plans doivent se dérouler de nuit et le 1/6e nécessite des décors tout de même imposants, sans oublier les travelling divers et variés. Les élèves vont en tout cas pouvoir se confronter à la réalité du tournage ; ils risquent d'être surpris !

 

B. C.