Enfin ! Après la partie théorique et l'élaboration d'une première adaptation d'un extrait de lettre, les élèves sont passés au tournage. Il s'agit encore du projet « 0 », donc nous avons mis au propre leur story-board puis encadrés et guidés sur notre « studio » afin qu'il y ait de la matière pour le montage la semaine prochaine.

 

Nous sommes des amateurs et les moyens sont donc ceux d'amateurs : une pièce dans le bâtiment SEGPA, idéale pour notre travail, nous a été allouée à l'année. Nous avons pu y installer notre planche de travail, un fond vert pour d'éventuelles incrustations.

S08-1

Ensuite, nous avons préparé notre tranchée. Hors de question de mettre plusieurs mètres-cubes de terre. Pour faire léger, une structure en cagettes a été recouverte de terreau.

 

S08-2

Ce n'est que du provisoire cependant, afin de faire ce projet « 0 ». Pour le tournage à proprement parlé, des élèves de 3e SEGPA, sous la houlette de leur professeur d'atelier, sont en train de préparer une maquette qui permettra les manipulations nécessaires. Elle sera d'une taille plus conforme, car nos cagettes sont trop hautes, ce qui est bien visible sur les illustrations ci-dessous. Outre cette aide bienvenue, nous avons aussi reçu un coup de main du club robotique qui nous a construit en deux temps trois mouvements un chariot de travelling ! Un grand merci pour ces aides qui nous ont ou qui vont nous faciliter le travail.

 

Car les difficultés ne manquent pas. Que ce soit en raison de l'aspect inanimé de notre personnage ou parce que nous avons pour l'instant filmé avec un... appareil photographique, les difficultés techniques sont apparues de manière flagrante à nos élèves.

Mais cela ne semble pas avoir douché leur intérêt qui s'est même révélé chez certains.

 

La séance :

Ou les séances devrions-nous dire. Nous avons décidé de couper la classe en deux. En réunissant trois groupes, soit 12 élèves au maximum, cela a permis à plus d'élèves de participer effectivement au tournage et d'être à deux adultes avec un faible effectif. Au lieu d'une heure trente d'IDD, les élèves n'ont eu qu'une heure, mais bien plus efficace ainsi. Et les professeurs ont animé deux fois une heure de manière plus sereine.

 

Deux projets « 0 » vont naître de cette séance, chaque regroupement ayant tourné ses propres plans. Nous ne disposons pas encore du matériel nécessaire pour faire tout ce qu'ils avaient imaginé, mais on travaille à améliorer les possibilités offertes afin de ne pas trop brider leur imagination à ce niveau.

 

Placez le personnage, cadrer, filmer, tout en lisant le texte afin d'avoir un plan assez long furent certaines des activités des élèves. Encore une fois, notre souci pour l'instant n'était pas d'avoir un résultat « parfait », exact à tous les niveaux, mais bien de tester, d'apprendre de se confronter à la réalité de nos possibilités. Comment faire marcher un homme par exemple ? Prendre les brodequins, les glisser dans des doigts et tout axer sur leur mouvement. Mais on voit les doigts, le mouvement est très mécanique... Ce seront donc des points à travailler, à répéter pour la prise !

S08-3

 

Les scènes de nuit. Sans lumière, la lumière naturelle a suffi à 15h30, mais plus à 16h45. Il faut donc un éclairage. Il a été fourni par la torche d'un vieux téléphone portable. La neige est figurée par de la farine, mais sans excès.

S08-4 

L'heure pour chaque regroupement a été dense et très juste pour tourner trois ou quatre plans, mais nous y sommes arrivés. Nous essaierons d'en faire retourner un cette semaine qui n'a vraiment pas été réussi malgré les multiples prises.

La semaine prochaine, les élèves devront faire un premier montage, enregistrer la voix off, placer les sons d'ambiance et choisir éventuellement parmi une sélection de musiques libres de droits afin d'accompagner le tout. Ce sera encore un gros travail en une heure, mais à la fin, nous aurons nos deux premiers films, certes très courts, mais qui montrera aux élèves que c'est un travail largement à leur portée !

B. C.