La surprise a dû être réelle pour nos élèves : alors que nous avons parlé de la guerre la semaine dernière, à aucun moment elle n'a été même simplement évoquée aujourd'hui.

Les élèves ont trouvé les tables placées de manière à ce qu'un travail de groupe soit possible. L'objectif ne fut pas présenté non plus : il s'agit découvrir un jeune homme de 15 ans qui a écrit un court journal intime au cours de ses vacances de 1906. Mais plus que la simple description de ses journées, c'est un formidable témoignage sur ses pensées, ses doutes, son caractère. Ces informations sont rarement parvenues jusqu'à nous et permettent de dresser un portrait on ne peut plus vivant et riche d'une personne qui ne serait sinon qu'un simple nom.

Chaque élève fut doté du même petit livret comprenant à la fois deux emplacements avec consignes et espaces pour écrire et les pages manuscrites du journal. La fine écriture n'a d'ailleurs que très rarement posé problème.

IDD2015-01a

IDD2015-01b

Au bout d'une bonne heure de travail, les groupes lurent leurs réponses, chaque groupe n'ayant rédigé qu'un seule texte (c'était la consigne).

IDD2015-012

Ce qui est notable, c'est que si les réponses aux premières questions furent souvent identiques, celles concernant le portrait montrèrent que les groupes n'avaient pas été sensibles aux mêmes informations données par l'auteur. Cela aboutit à un portrait riche construit autour des réponses de tous les groupes dont voici la transcription.

Henri Mongis quitte l'école désespéré et triste car il a eu un mauvais classement. Il s'inquiète d'aller à l'Ecole Normale. Ses vacances s'annoncent tristes. Il part en vacances à Ouville avec ses parents.

Le jeune homme aime aller à la pêche et faire des excursions dans la forêt. Il aime être au contact de la nature : il pêche des crabes, des crevettes et capture des insectes. Il se passionne pour la mer et prend des bains quotidiennement. Il se balade avec ses amis. Malgré ses longues vacances il n'a pas réussi à faire ses devoirs. Cependant, au cours de ses vacances, il a mûri et pris confiance en lui. Décidé, il est prêt à se battre pour avoir une meilleure place et croquer la rentrée à pleines dents. Le dimanche 30 septembre, le jour du départ a sonné pour lui.

Ce texte étant imprécis sur certains points, il fera l'objet d'une reprise au cours de la prochaine séance et sera complété avant de voir la suite de la vie de cette personne jusqu'à l'été 1914.

B. C.