Après deux semaines de vacances, le risque est grand que les idées se soient un peu émoussées alors que le travail qui va devoir être réalisé aujourd'hui est dans la continuité de ce qui a été commencé le 16 décembre dernier. La séance s'est donc organisée en trois temps : le bilan de leurs recherches, quelques images pour se remettre dans le contexte de la Première Guerre mondiale, retour à l'écriture des parties de lettre que Marcel Dixneuf n'a pas pu écrire.

Temps 1 : la recherche personnelle.
Le 16 décembre, chaque élève de la classe a reçu un arbre généalogique à compléter pendant les vacances ainsi qu'un mode d'emploi et des conseils (voir compte-rendu de la séance 09). L'expérience du club "Mes ancêtres dans la Première Guerre mondiale" nous a montré les années précédentes que ce type de recherche, qui fait remonter trois ou quatre générations, peut être l'objet de plusieurs mois de travail. Nous pensions qu'en deux semaines, la généalogie ne serait qu'ébauchée. Autant le dire tout de suite : les résultats obtenus sont au-delà, et largement, de ce que nous avions espéré.
Certes, 6 élèves n'ont pratiquement rien où ne pourront pas remonter assez loin. Ils auront de quoi s'occuper, qu'ils ne s'inquiètent pas ! Dans le même temps, 13 élèves ont trouvé 52 ancêtres ayant pu être mobilisés !

 

Sur ces 52 personnes :
- 27 ont déjà toutes les informations nécessaires pour rechercher leur fiche matricule, une majorité étant originaire de la Sarthe. Parmi ces 27, 5 sont morts pour la France, dont un disparu. Le disparu et un de ses frères n'apparaissent pas dans le fichier Mémoire des Hommes. Azalaïs a trouvé les frères mobilisés pour deux familles, ce qui va lui permettre de se lancer dans une recherche plus originale.

- 25 sont les pères de personnes nées entre 1910 et 1920 mais dont les informations sont incomplètes. Cependant, elles sont facilement trouvables auprès des mairies de naissance des enfants voire dans les registres numérisés des Archives départementales. Ces recherches feront l'objet d'une séance prochainement. Dans cette catégories ne sont mis que les hommes dont nous pourrons trouver facilement les informations manquantes.

Félicitations en tout cas pour ce qui a déjà été trouvé ; pour ceux qui n'ont pas encore demandé à tous les membres de la famille, cela a montré que l'on pouvait trouver. La présentation d'un travail en début d'heure (celui de Léa) a montré aussi tout l'intérêt d'avoir des photographies pour mettre un visage sur un nom.

Temps 2 : se remettre dans le thème.
Afin d'aider les élèves à se remettre en mémoire ce qui a été fait avant les vacances, la séance s'est poursuivie par la diffusion de deux images pour une discussion autour des thèmes de "la vie dans les tranchées" et "creuser une tranchée".

74407033
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74548520

Le froid, le soldat qui monte la garde, le repas pris à l'extérieur et ce qui le compose ont été bien vus. Ainsi que les spécificités de l'uniforme anglais.

74300521_1_
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74546106

Les élèves ont vu comment on creusait une tranchée à l'arrière du front comme le montre les hommes qui arrivent à l'arrière plan et les deux soldats qui sont en dehors de la tranchée.

Ensuite, la feuille de travail a été distribuée. Elle comporte une première page avec un travail d'argumentation sur une image de la série qui suit, une transcription du travail réalisé avant les vacances (chaque feuille ne comprend que le texte de l'élève) et des lignes pour poursuivre le travail d'écriture.

Image 1 :

74406616
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74548220

Image 2 :

74301368
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74548220

Image 3 :

74406617
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74548222

Image 4 :

74301369
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74547528

Image 5 :

74301370
Source : http://digital.nls.uk/pageturner.cfm?id=74547530

Après une explication du contexte et de ce qu'est un "coup de main", les élèves ont dû choisir l'image qui leur "parlait" le plus et justifier leur choix.

L'image 1 n'a été choisie que par un élève, la 2 par aucun. C'est sur la 3 que la grande majorité des chois ses ont portés. A la fois en raison de ces hommes qui partent vers l'inconnu et de cette explosion d'obus qui montre que l'on est bien en guerre. Bien que les autre images montrent aussi des scènes de guerre, elles  ont été nettement moins choisies parce que ce qu'elles montrent s'éloigne plus de l'image que l'on peut en avoir.

 

Voici une justification du choix pour chaque image :
Image 1, par Brayan : Les soldats sont serrés dans une tranchée. Ils sont dans un boyau étroit avant qu'ils partent au combat.
Image 2.
Image 3, par Sullivan : Il fait froid, ils doivent franchir le réseau de fil de fer, ils risquent de se prendre une balle ou un éclat d'obus en le franchissant. Elle est impressionnante en plus car on voit l'explosion et des soldats qui montent le parapet. Il faut avoir du courage.
Image 4, pas Sébastien : Cette image me parle car c'est à cet instant que les soldats sont tirés de leurs pensées pour partir attaquer. C'est à cet instant qu'ils se disent "Allez, à fond !". C'est à ce moment qu'ils vont soit vivre ou au contraire mourir.
Image 5, par Solène : Les soldats courent pour ne pas se faire tuer. Ils ne sont pas protégés car ils sont sortis de la tranchée. Ils courent pour rejoindre leur tranchée.

Temps 3 : revenir à ce que Marcel Dixneuf n'a pas écrit.
Cette dernière étape a commencé par la lecture de quelques textes choisis (ceux qui figurent dans le compte-rendu de la séance 09). L'effet a été très fort pour certains textes qu'on pourrait vraiment croire extraits d'une lettre de Marcel, dans le style et dans ce qui est écrit. Cette lecture a montré qu'ils étaient capable de faire des textes très forts, émouvants. Pour les élèves qui n'ont pas atteint cette qualité, cela donne aussi des pistes à suivre pour y arriver (figures de style par exemple).

Nous avons noté que la croyance religieuse de Marcel avait été très bien employée dans les textes et non plaquée de manière un peu arbitraire n'importe où. Les scènes narrées étaient aussi bien souvent réalistes, sans excès, sans héroïsme de film de guerre.

Les élèves ont repris les textes rédigés avant les vacances, corrigés et qui ont reçu une application de surligneur : en vert ce qui est à conserver, en rose ce qui devrait être enlevé car n'apportant rien au récit voire sans rapport avec le thème demandé. Les élèves ont eu 45 minutes pour retravailler leurs textes, quand une heure aurait été nécessaire. D'autant plus que la majorité a rédigé de nouveaux textes, ne se contenant pas d'ajouter des phrases à ce qui était déjà écrit.

 

La semaine prochaine, le groupe retrouvera ses productions transcrites afin de travailler une dernière fois dessus avant intégration dans la lettre originale de Marcel.

 

B. C.