Dans une chaleur accablante, les élèves de l'IDD 2013-2014 se sont réunis une dernière fois pour découvrir et échanger sur le travail réalisé par chaque groupe.

IDD01a

Toujours accompagnés du personnage principal, chaque film a été visionné puis a fait l'objet de discussions autour des réussites et de ce qui aurait pu être fait autrement. Les deux heures ont été animées de débats parfois intéressants, montrant le grand écart qui existe entre l'intention et le ressenti final du spectateur.

Ce fut l'occasion d'une dernière photographie de groupe, ici devant l'objectif d'un journaliste venu couvrir la sortie des films.

01b

Nous voici au bout du parcours initié en septembre 2013 : partir de mots pour les mettre en images dans un film. Le parcours fut long, compliqué, mais force est de constater que nos élèves sont tous arrivés au bout du chemin, du projet.


Il a fallu passer par les mots : ceux de la technique. Ce ne fut pas la partie la plus évidente, d'autant plus qu'une question restait sans réponse pour ces jeunes de 14/15 ans : « Où nous emmènent-ils ? ».


Ensuite, ce furent les mots d'un jeune soldat d'à peine 20 ans, Jacques Pineau, mobilisé au début de la guerre et qui arriva au front fin 1914. Un vocabulaire inconnu, de la difficulté pour mettre en images dans sa tête ce qu'il racontait furent autant de nouveaux obstacles qui rendirent compliquée cette partie du projet. Elle était pourtant indispensable pour construire les récits devant être mis en images.


Le « projet 0 » fut ce qui lança concrètement le projet : enfin ils ont pu comprendre ce que nous souhaitions faire avec eux, les étapes du travail encore à mener. Si cela facilita la compréhension et la construction du story-board, la partie finale fut bien plus riche et dense qu'ils ne l'imaginaient !
Décor, mise en scène, cadrages, difficultés techniques, impossibilités ne furent que quelques obstacles. Oubliant bien souvent la pause, ils n'ont pas abandonné. Ils nous ont suivi quand nous leur avons proposé des solutions qui les éloignaient de leur première idée mais qui leur permettaient d'être bien plus ambitieux que ce qu'ils avaient imaginé.


Puis il y eut le montage, le choix des plans, le constat que sur le grand nombre de ceux qui furent tournés, il y avait bien peu de matière utilisable : ça tremble, l'éclairage ne va pas, c'est flou, on voit le fond, c'est trop court, techniquement on ne peut pas faire... Sans parler du choix de la musique, nécessitant d'oublier ses propres références culturelles pour utiliser une musique plus adaptée. La séance d'enregistrement de la voix ne fut pas la plus simple : mettre de l'émotion, de l'intonation, parler fort, moduler sa voix pour ne pas entendre un texte monocorde et lasser le public.


Reste une dernière épreuve : voir son propre travail achevé, accepter le regard et la critique des autres, qu'ils soient dans la classe, dans le collège ou sur internet.


Pour nous, une chose est sûre : ils n'ont pas à rougir du résultat, tout comme nous n'avons pas à rougir de ce qu'ils ont fait.
Félicitations à eux pour cette riche année passée autour de ce projet imposé, le vendredi après-midi, mais dont le résultat montre qu'ils se le sont appropriés et qu'ils en ont fait un tout cohérent et dont tous peuvent être fiers

Nous invitons donc à découvrir ces vidéos, en vous conseillant de les regarder dans l'ordre indiqué afin d'en garder la cohérence chronologique. Et, évidemment, de ne pas hésiter à commenter leur travail ! Soyez sûr que ces retours seront appréciés.

Rendez-vous en septembre prochain pour un nouvel IDD avec, comme chaque année, un nouveau projet à la clef !

B. C.


G0

G1

G2

G3

G4

G5

G6