La séance 4 avait un double objectif : voir si les élèves ont compris ce qu'est un mouvement de caméra, un cadrage et l'angle de vue puis découvrir un outil indispensable à la réalisation d'un film, le story-board.

 

Pour la première partie, nous avons travaillé une fois encore avec le film Un long dimanche de fiançailles, plus particulièrement sur la deuxième partie du portrait de Bastoche, à partir du moment où est narrée la manière par laquelle il a récupéré des bottes allemandes.

Les élèves ont d'abord observé la séquences une fois afin de compter les plans. Le tableau pour faire l'exercice comptait des lignes pour sept plans. Piège ! Il n'y avait que 6 plans.

2014-04b

Ensuite nous avons travaillé plan par plan, à l'aide de la fiche de synthèse réalisée la semaine dernière. Chaque plan était diffusé deux fois puis faisait l'objet d'une discussion. Le démarrage fut un peu difficile (chaleur étouffante dans la salle oblige) mais à mesure que les élèves amélioraient la maîtrise de ce vocabulaire, le rythme s'accéléra. On peut dire que certains maîtrisent maintenant très bien le vocabulaire et ont même un œil très fin, réussissant à voir certains éléments que nous n'attendions pas (n'est-ce pas Alexandre ?).

Ce fut aussi l'occasion de parler du choix du réalisateur, toujours avec l'objectif de leur montrer la grande liberté et l'étendue des outils à leur disposition, pas uniquement techniques mais aussi dans un placement simple de caméra, dans le choix des détails...

 

Pourquoi autant insister sur ce vocabulaire ? Parce qu'il permet à la fois de découvrir cet aspect technique du cinéma qu'ils ne connaissent souvent pas, mais aussi parce qu'ils vont devoir utiliser tout cela dans leur travail.

Et comme le tournage arrive tardivement dans le projet, c'est qu'il y a une étape très importante avant, où on va faire apparaître les choix narratifs, le cadrage, les mouvements de caméra et l'angle de vue : le story-board. En effet, penser en amont des prises de vue est indispensable à un travail de mise en images agréable pour le spectateur tout en étant intéressant au niveau narratif.

Pour montrer tout l'intérêt de l'outil, nous avons continué de travailler sur le film Un long dimanche de fiançailles. Le réalisateur a mis en ligne le story-board de la séquences étudiée sur son site personnel. Nous avons donc regardé un plan en parallèle avec le story-board. Les élèves ont pu voir à la fois la précision et la fidélité au travail préparatoire tout en constatant quelques différences.

2014-04a

Les élèves devront impérativement passer par la réalisation d'un story-board (simplifié pour sa partie dessinée) lors de a préparation de leur film.

 

Trêve de théories : la semaine prochaine, nous allons entrer dans le vif du sujet ! Les élèves vont devoir se mettre en groupes, lire les textes proposés comme base au travail, en choisir un et commencer à proposer un avant-projet en quelques mots. Il y a plus de textes que de groupes : le texte non choisi servira du sujet « 0 ». Après les vacances, nous ferons le film à partir de ce texte avec eux pour qu'ils voient un exemple concret de ce que nous attendons, de A à Z...

B. C.