La séance d'aujourd'hui marquait l'entrée dans le vif du sujet puisqu'il s'agissait de faire découvrir aux élèves des notions indispensables à la réalisation d'un film, à savoir les termes techniques du langage cinématographique. Si nombre d'entre eux sont familiarisés avec l'image fixe ils n'en possèdent pas toujours pour autant le vocabulaire, que dire alors de l'image filmique.

L'entrée en matière a consisté justement à les interroger sur les mots qu'ils connaissaient dans ce domaine. Les deux seuls mots proposés sont une aubaine pour les professeurs puisqu'il s'agit d' ACTION (merci à Thibaut qui a donné ce premier mot) et COUPEZ (proposition collective). Dans la mesure où la séance devait commencer par la découverte de la notion de PLAN l'enchaînement était tout trouvé : Comment nomme-t-on la séquence filmée entre le moment où le réalisateur dit « ACTION » et celui où il dit « COUPEZ » ? Un plan bien évidemment.

Le premier exercice proposait donc de compter le nombre de plans dans une séquence filmée et on reprit pour cela le début du film de Jean-Pierre Jeunet, Un long dimanche de fiançailles. L'ensemble des élèves a bien réussi ce décompte (7 plans) et on a pu passer rapidement à l'analyse plan par plan. Il s'agissait de définir trois aspects : le type de chacun de ces plans, l'angle de prise de vue et les mouvements de caméra. En parallèle il était prévu de compléter le tableau ci-dessous afin que les élèves se constituent un glossaire qu'ils devront réutiliser par la suite dans le travail de réalisation.

03

L'analyse des plans a été menée collectivement et la séance a été bien remplie.

Il faudra encore se familiariser avec ce nouveau langage pour pouvoir ensuite s'en servir. Ce sera pour la séance de la semaine prochaine, qui permettra ensuite de passer à la phase suivante : l'élaboration du s...b... (eh oui ! le vocabulaire du cinéma emprunte aussi des mots à d'autres langues.)

B. C.