"Joseph Degaugue ? Tout doit être sur Internet !". Tony s'empressa de vérifier, lors du temps consacré à la recherche de vocabulaire et des localisations, la semaine dernière. Déception. Si le nom "Degaugue" apparaît bien, c'est pour envoyer vers des sites de généalogie. Et pour cause, il n'est qu'un homme parmi les 20 millions qui vivaient en France au début du XXe siècle. Conclusion : tout n'est pas sur Internet. Par contre, on peut y mettre la matière pour remplir une page blanche. La vie de Joseph Degaugue est cette page blanche et la classe, sans le savoir, a commencé à la compléter : une semaine après le début du travail, leurs productions sont en bas de première page des résultats d'une recherche Google sur "Joseph Degaugue". Ce n'est pas une fin en soi, mais il s'agit de montrer aux élèves, par cette introduction, que leurs travaux seront visibles non seulement par leurs professeurs mais aussi par des personnes qui s'attacheront, non à les évaluer, mais à découvrir grâce à eux.

Surprenant pour eux, mais aussi motivant : ils savent désormais qu'ils seront lus.

Après le travail en groupes la semaine dernière, est venu le moment de la mise en commun. Chaque groupe a désigné un porte-parole chargé de lire le récit rédigé. A charge pour le reste de la classe de poser des questions, de faire des critiques constructives afin d'améliorer le contenu.

Les échanges furent très riches et permirent de compléter la biographie ébauchée la semaine dernière tout en constatant les lacunes importantes. Leurs nouveaux textes se trouvent sous cette présentation.

Si le blanc de la Première Guerre mondiale méritera un développement spécifique, la semaine prochaine sera consacrée à essayer d'étoffer un peu le reste de la biographie en prenant contact avec des personnes, des administrations, des passionnés susceptibles d'avoir des informations, ou qui ont connu notre homme.

B. C.


Groupe 1 : Sa famille (1892)
Marion – Clément – Stessy – Tony

Joseph Degaugue est né à Denain en 1892, le 10 mai, à quatre heures du soir. Il fait ses études à Denain. Sa mère s'appelle Cléonie Belcourt, elle a vingt-trois ans et neuf mois lorsqu'elle accouche de son unique enfant. Il porte le même prénom que son père et son grand-père qui travaillaient tous les deux dans la mine. Joseph appartient donc à un milieu modeste.
Il avait une relation fusionnelle avec sa mère : « C'était un véritable culte, ma mère m'adorait ».

Groupe 2 : Sa scolarité (1892-1907)
Alisson – Thibault – Stephen – Julie

Joseph Degaugue est à l'école maternelle de 1894 à 1898. Il suit avec succès ses études primaires et réussit l'examen du Certificat d'Etudes Primaires le 20 juillet 1903. Puis, quatre ans après, à 15 ans, il a eu son Certificat d'Etudes Primaires Supérieures, le 15 septembre 1907.

Groupe 3 : Ses débuts professionnels (1907-1913)
Julien – Tracy – Medhy – Steven

Le 27 juin 1907, Joseph Degaugue obtient son certificat de capacité pour l'enseignement. Le 24 juillet 1909, il obtient son brevet supérieur à Lille. Il est entré à l'école normale le 1er octobre 1909. Une école normale est un établissement chargé de former les instituteurs. Il en est sorti le 1er août 1912. Après ses études il a passé son brevet de gymnastique, il l'a eu en juin 1912. En juillet 1912 il a eu son certificat d'aptitude pédagogique. Le 1er octobre 1912 il fait un instituteur stagiaire à Douchy dans le Nord. Le 28 octobre 1912, il passe ses examens et, le 1er janvier 1913, il est titularisé comme instituteur.

Groupe 4 : Son service militaire (1913-1914)
Thierry – Ali – Lucie – Léa

Joseph Degaugue doit faire son service militaire obligatoire. Il a été recruté à Valenciennes, il a été soldat de deuxième classe à la huitième compagnie le 8 octobre 1913. Son régiment est le 148ème régiment d'infanterie. Il a été nommé caporal (le caporal commande huit soldats) le 11 avril 1914 à la 5ème compagnie.
Joinville est une école militaire de gymnastique à côté de Paris. Joseph Degaugue y a fait un stage en jusqu'en juillet 1914.

Groupe 5 : Sa vie professionnelle après 1919...
Romain – Marion – Corentin – Malorie – Janagha

À vingt-sept ans Joseph Degaugue est surveillant à l'école de sourds-muets de Rouchin. Il fait des études de sciences et de mathématiques pour obtenir sa licence. Il veut être muté dans le sud de la France mais il est muté à La Charité-sur-Loire. Il est muté ensuite à Decize. Il poursuit ses études à Dijon. Le 6 septembre 1928, il a trente-six ans, il est muté en Sarthe, au Mans à l'Ecole normale. Il continue d'étudier la biologie à l'université de Rennes puis à la Sorbonne.

Groupe 6 : Sa vie familiale après 1919
Clarisse – Clémence – Bryan

Joseph Degaugue rencontre Germaine Léger grâce à un de ses élèves de troisième année : Odile Léger, le frère de Germaine. Joseph est plusieurs fois invité chez eux car il s'occupe bien d'Odile. Il finit par se marier avec Germaine en 1920. Comme voyage de noces ils partirent à Paris. Joseph trouvait Germaine « intelligente, sérieuse, douce, bonne ménagère » et il lui trouvait « bon cœur, bon caractère et bonne santé ». Ils eurent un enfant, Joseph, le lundi 9 mai à 15h10 du soir en 1921.