Pas cours, mais présents malgré tout :
L'IDD portant sur un thème lié à la Première Guerre mondiale, les élèves de la classe de 4e F ont été invités à participer aux cérémonies du 11 novembre. L'objectif étant de leur faire observer les cérémonies pour leur en transmettre le sens, la symbolique, mais aussi les rendre acteur par leur présence et la place que les organisateurs ont la gentillesse de leur réserver chaque année.
L'équipe des enseignants de l'IDD, messieurs Bondu et Carobbi, accompagnés de M. Remaud, enseignant d'Histoire au collège travaillant avec des élèves pour le concours de la Résistance, ont retrouvé 14 élèves à 9h45. Azalaïs (et sa cousine lycéenne Lucile qui l'accompagnait), Marine, Jean-Eugène et Sébastien de la classe de 4e F, Manon, Clotilde, Marion, Steven et Marc de 3e, Amélie, Nathan, Alexis et Thibault, anciens du club "Mes ancêtres dans la Première Guerre mondiale" aujourd'hui lycéens, ont bravé les intempéries pour répondre à l'invitation.

6°C, vents forts avec rafales à plus de 50km/h, pluie sans interruption...
Telles étaient les conditions météorologiques à 9h45.

S04b_01

A 10h00, le cortège prit la direction du cimetière pour suivre un parcours différent de celui des années précédentes : il commença par le monument aux déportés avant de s'arrêter longuement devant la tombe d'un sous-lieutenant tombé en Indochine. En présence de la famille et d'un piquet de soldat du 2e RIMa, la sépulture du soldat fut inaugurée en présence de sa famille suite à sa redécouverte. Hélas, la pluie et le vent rendirent difficile l'audition de la présentation du militaire. En voici le texte :

"Réhabilitation de la tombe du sous-lieutenant Lucien HIDOUX, mort pour la France en Cochinchine le 9 mars 1946, le 11 novembre 2010 au cimetière de Sablé sur Sarthe :

Dans le cadre des actions menées par le Souvenir Français pour perpétuer la mémoire des « Morts pour la France », des recherches ont été effectuées afin d'identifier deux tombes situées dans le carré militaire du cimetière de Sablé-sur-Sarthe.

Ces recherches ont permis d'identifier l'une d'elle avec certitude ; il s'agit de la tombe du sous-lieutenant Lucien HIDOUX tué en Cochinchine le 9 mars 1946.

Né le 29 octobre 1924 à Charleville Mézières dans les Ardennes, Lucien HIDOUX est arrivé à Sablé sur Sarthe peu avant la deuxième guerre mondiale.

A la mort dramatique de son père en août 1944, il rejoint l'Algérie et s'engage à l'Ecole militaire de Cherchell pour devenir officier. Il intègre en décembre 1944 la 2e promotion baptisée « Rhin Français » (qui est aussi la 1ère promotion de l'EMIA), et sort sous-lieutenant quelques jours seulement après l'armistice du 8 mai 1945.

Le sous-lieutenant HIDOUX est alors affecté au 22e Régiment d'Infanterie Colonial (22e RIC) qui vient d'être reformé pour participer à la campagne d'Extrême Orient aux ordres du général LECLERC. Il débarque à Saigon le 12 février 1946 et son bataillon rejoint aussitôt le secteur de Bien-Hoa.

Le 9 mars 1946, sa compagnie est engagée dans la région de Long Than au sud de Bien-Hoa afin d'assurer la sécurité des liaisons entre Saigon et le Cap Saint-Jacques. Désigné pour flanc garder l'opération, il est tué à la tête de ses hommes au niveau du village de Phuoc-Tho alors qu'il se replie pour porter secours à sa compagnie qui vient de tomber dans une embuscade; sa dépouille sera retrouvée 2 jours plus tard, atrocement mutilée. Le sous-lieutenant HIDOUX avait 22 ans.

Inhumé dans le carré militaire du cimetière de Sablé, sa ville d'adoption, le sous-lieutenant Lucien HIDOUX, Mort pour la France, était jusqu'à ce jour un soldat oublié, avec une tombe sans nom. Aujourd'hui, il sort enfin de l'oubli et il a été honoré comme il se doit, afin que son sacrifice soit inscrit dans la mémoire collective."

S04b_02

Les cérémonies au cimetière se poursuivirent par la dépose des gerbes au monuments aux morts de 1870 puis au carré militaires de la guerre 1914-1918.

Prendre le temps de donner du sens :

Une fois les cérémonies achevées au cimetière, le cortège prit la direction de l'église pour la messe du souvenir. Le groupe resta sur place afin de refaire le parcours en prenant le temps de commenter expliquer et répondre aux questions. Il faut question d'abord du monument de 1870, du contexte de sa réalisation, de son style. Puis le monument aux déportés fut étudié avant d'observer longuement les sépultures des combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre d'Indochine.

S04b_03

M. Remaud en train de donner des explications
sur la sépulture d'un soldats mort le 16 mai 1940 en Hollande.

Finalement, le groupe retourna au carré militaire pour voir l'âge des soldats, les différents types de tombe, l'entretien qui est toujours fait (fleurs, sable ratissé, cérémonie). Le groupe prit ensuite la direction du Monument aux morts mais surtout de la salle du vin d'honneur pour y sécher un peu. Il y eut tout de même un arrêt devant la plaque d'un des résistant du réseau Max qui fut arrêté et mourut en déportation pendant la Seconde Guerre mondiale.

S04b_04

Au sec... pour travailler !

Une fois au sec, le groupe a fait le bilan de ce qui venait d'être vu grâce au questionnaire spécialement préparé pour l'occasion. Ils ne le savaient pas, mais théoriquement il y avait un exemplaire pour chacun,. Cependant, en raison du temps, il fut décidé de le remplir en groupe, en deux exemplaires seulement, celui des 3e du concours de la résistance et celui des 4e de l'IDD. Aidés des "anciens", les deux premières pages furent rapidement remplies, y compris le passage sur le bleuet de France dont tous avaient un exemplaire sur la veste.

S4b_01S4b_02S4b_03S4b_03b

Afin d'avoir le temps de l'étudier, il fallut ressortir, toujours sous la pluie et dans le vent, faire le tour du monument aux morts, avant de revenir au chaud. A peine étions-nous arrivés à la conclusion que le monument aux morts montre à la fois le douleur de la mort et la mise en scène d'une guerre héroïque pour atténuer le chagrin et donner un sens à ces sacrifices que la messe prit fin et la dernière cérémonie commença.

La cérémonie du 11 novembre au monument aux morts de Sablé-sur-Sarthe :

S04b_05

Après la remise des décorations et la lecture du message du secrétaire d'Etat aux Anciens combattants, les élèves ont participé à la dépose des gerbes par les élus et les présidents d'associations.

S04b_06

S04b_07

La dépose des gerbes en vidéo :

S04b_08

Marc (hors champ),Lucile, Steven, Marion, Marine, Azalaïs, Manon et Clotilde après la dépose des gerbes.

B. C.