Nous sommes allés à l’intérieur des archives car il nous manquait deux registres matricules (à cause d’une erreur de frappe de notre professeur...) des ancêtres de deux des élèves du groupe. Monsieur Sourty, professeur d’histoire, nous a expliqué qu’il y a 4 magasins dans chacun des 4 étages, ce qui signifie qu’il y a, en tout, 32 magasins (2 bâtiments). Chaque magasin regroupe tous les dossiers de personnes ayant exercé une même catégorie de métiers (militaire, juridique…). Dans les magasins, il y a plusieurs rangées d’étagères appelées « épi ». Ces rangées sont numérotées (épi 1, épi 2…)


AD7201c1


Pour conserver les documents en bon état, la lumière est éteinte lorsque personne n’est à l’intérieur et la température doit rester stable (environ 17°C).


AD7201c2


Afin de retrouver les deux fiches militaires qui nous manquaient, il a fallu trouver le registre dans lequel la fiche était. Dans les registres, les militaires sont classés grâce à leur matricule. Pour chaque année, il y a un répertoire, appelé table alphabétique, où tout est classé par ordre alphabétique, ce qui permet de retrouver un matricule lorsque l’on ne connaît que le nom et les prénoms.

AD7201c3

AD7201c4


Une fois le matricule trouvé, nous avons cherché dans le registre et nous avons pu trouver la fiche militaire que nous recherchions. Charlène a réussi à retrouver le registre pour un de ses ancêtres.


AD7201c5


« C’est aussi ce qui fait que c’est un Etat de Droit ! » déclare monsieur Sourty. En effet, ce classement, qui date de la Révolution, garantit la justice, puisque tout y est écrit.

Pendant ce temps ainsi que pendant une partie de l’après-midi, le club a recopié la fiche matricule de ses ancêtres au crayon de papier sur des fiches.

AD7201c6


Puis, nous avons vu le parcours des documents lorsqu’ils sont déposés aux archives.

AD7201c7

Ils sont d’abord triés : parfois, les documents sont en plusieurs exemplaires ou en mauvais état.

AD7201c8


Lorsque ces documents sont abîmés, ils sont mis en cellule d’«isolement » puis sont envoyés dans une entreprise spécialisé dans le traitement du papier.


AD7201c9


Certains documents sont irrécupérables pour le moment et sont donc mis de côté, dans l’attente de nouvelles techniques. Les papiers sont ensuite acheminés dans les magasins. Notre visite se termine dans une salle ouverte au publique, pour des recherches généalogiques ou historiques.

Le document le plus ancien a presque un millénaire : c’est un parchemin datant de l’époque des Croisades.

AD7201c10

Cette visite m’a beaucoup intéressée. J’ai été impressionnée par le rangement et par la taille du bâtiment. Cela m’a intéressé de voir où et comment sont conservés les documents qui concernent la vie de nos ancêtres et tout ce qui a été fait dans le passé.

Camille B. (Photographies et texte)