"Trois soldats, dont un mort : Eugène, Noël et Gustave. Pendant la guerre, en 1917, dans un poste d'observation, en avant de la tranchée. Ils attendent les soldats qui prendront la relève. Ils surveillent une éventuelle attaque des Allemands".

Voilà comment Camille B. présente la pièce de théâtre "La veillée" de la compagnie "le théâtre du zouave" que le groupe, accompagnant deux autres classes de 3e du collège, a eu le plaisir de découvrir. Grâce à l'invitation de la cité scolaire de Sablé-sur-Sarthe, sur une idée de Mme Leboucher - enseignante de Lettres-Histoire au PLP - toute l'équipe s'est rendue dans la salle de conférence où la représentation était organisée lundi 18 janvier 2010.

Laveill_e01

Après l'heure de représentation, le groupe est rentré au collège et pendant les 20 minutes qui restaient avant le cours suivant, les élèves ont complété un petit questionnaire (cliquez ici pour le télécharger - format pdf) afin de recueillir leurs impressions.

Un bilan est largement positif :

La pièce a été appréciée par les élèves. Camille B. a particulièrement apprécié les moments drôles qui alternaient avec les moments plus intenses. Cet humour noir (dixit Camille G.), les jeux de mots, l'utilisation de l'argot des tranchées rendaient les dialogues vivants (Marie). Arthur a été marqué par le pinard qui revenait souvent et n'a pas manqué de faire remarquer que ce ne devait pas être du vrai vin dans les bouteilles ! Avant de revenir sur l'importance que pouvait avoir l'alcool dans le fait qu'ils aient tenu.

Mais au-delà de l'humour et du pinard, les élèves ont été sensibles au jeu des acteurs qui mettait en évidence les réflexions que pouvaient avoir certains combattants face aux situations auxquelles ils étaient confrontés : le premier semblant moins marqué par ce qu'il vivait, mais comme l'ajoute Juliette qui en fait "le montre moins". Le second qui, plus sensible semble plus marqué par la guerre, continue Juliette qui conclut : "Il devient fou à cause de la guerre". Vincent a été marqué par les histoires tragiques liées aux femmes et la différence de vision des deux personnages.
Anaïs a trouvé, comme plusieurs élèves, que la pièce était très bien jouée et Mallaury a apprécié la représentation des conditions dans lesquelles vivaient les combattants (hygiène, rat, qualité de la nourriture par exemple).

Laveill_e02

Dans l'imaginaire des élèves, une pièce de théâtre est synonyme de plusieurs décors, de plusieurs acteurs (plus que deux en tout cas). Etre face à un décors et deux acteurs les a surpris.

Deux regrets, non liés au spectacle en lui-même mais à la salle et à la nécessité de partir dès la représentation achevée : Kornélia, Ophélie et Marie ont fait remarquer que la configuration de la salle a empêché les élèves de percevoir correctement ce qui se passait quand les acteurs étaient au sol ; quant à Lise, elle aurait voulu pouvoir dialoguer avec les acteurs comme ils en avaient offert la possibilité aux élèves du LP. Cependant, contact a été pris avec l'auteur et acteur de la pièce pour organiser un échange de mails. Ainsi, Lise va pouvoir poser ses questions en son nom et au nom du groupe. Les réponses seront publiées sous la forme d'une interview sur le blog et resteront en archives sur le site du club.

Au final :

Interprétée par deux acteurs dont les élèves ont été unanimes à apprécier la qualité de l'interprétation ("c'était drôle, bien fait et bien joué" résumé Ophélie). Et ils n'ont pas apprécié que l'humour grinçant, Bastien note : "Ils montraient bien la vie des poilus, jusqu'à l'extrême". Cette pièce donne une image vivante de ce qu'endurèrent les combattants tout en permettant une approche pas si simpliste et en abordant un large panel des sentiments humains touchant la sensibilité des plus jeunes et des plus anciens aussi.

Ils conseillent. Nous conseillons.

BCD.

Laveillee03